ANONYME, vue de l'hémicycle du Prado, (Marseille, musée d'Histoire, inv. n° 80-4-15)

ANONYME, vue de l'hémicycle du Prado, (Marseille, musée d'Histoire, inv. n° 80-4-15)

Cette petite gravure, datant du milieu du XIXeme siècle, montre bien comment les espaces jusque là peu habités des collines du Roucas-Blanc, dans la partie sud du terroir, sont peu à peu colonisés, et comment les domaines bastidaires structurent l'espace par le biais des murs de clotûre et des traverses.

Ce quartier, au nord du second Prado, est désormais un des plus cotés de la ville, ayant gardé, malgré une densification du bâti, un grand nombre d'espaces verts privés.